Enquete Emploi 2012 : principaux enseignements

L’Enquête Emploi 2012 s’appuie en Franche-Comté sur un taux de réponse de 83 % des établissements (contre 65% au niveau national), ce qui place notre région dans le tiercé de tête et renforce donc la fiabilité des résultats. Quels sont les principaux enseignements qui ressortent de l’étude ?

Des effectifs en croissance de 20% en 5 ans

Avec 15.100 salariés (12.700 équivalent temps plein), la croissance des effectifs de la Branche est de 20% en 5 ans (25% au niveau national). Nous comptons aujourd’hui 486 établissements, soit 90 de plus qu’en 2007. Toutefois cette croissance forte et continue s’est arrêtée en 2010/2011 et il semblerait que l’on ait atteint aujourd’hui un pallier. Néanmoins une part significative d’associations ont des projets de création d’activité ou service (27%) ou d’établissement (11%).

Le secteur du handicap est sur-représenté en Franche-Comté (43% des effectifs contre 38% au niveau national) tandis que le sanitaire est sous-représenté (17% contre 22%). Le poids du secteur des personnes âgées est conforme au national avec 17% des effectifs.

Le département du Doubs concentre 41% des effectifs. Par rapport à la population du département, la Branche est surreprésentée en Haute-Saône (sous l’effet principalement de la présence d’un gros hôpital psychiatrique) tandis qu’elle est sous-représentée dans le Jura. Le Territoire-de-Belfort se caractérise par une forte implantation du secteur « hébergement des personnes âgées » (34% des effectifs de la Branche, soit un des plus fort taux au niveau national).

27% des effectifs du secteur « santé action sociale »

En Franche-Comté la Branche représente 27% des effectifs du secteur « santé action sociale » (24% à l’échelle nationale) et 4,1% du total effectif salarié de la région (soit 1 point de plus qu’au niveau national). La diversité territoriale est forte : en Haute-Saône la Branche représente 42% des effectifs « santé action sociale » contre 20% dans le Jura.

Les organisations sont en transformation. Ainsi, en 2012, la Branche en Franche-Comté compte 12 associations de plus de 250 salariés qui concentrent les deux tiers des effectifs. Le phénomène devrait encore s’amplifier car au niveau national 21% des directeurs d’association déclarent avoir des projets de regroupement (GCSMS, fusion, association d’associations…).

Les niveaux V et infra en tête des emplois

Le palmarès des emplois de la Branche en Franche-Comté est le suivant :
- Ouvriers et agents de services hôteliers (10,5% des effectifs)
- Aide-soignant (9,2%)
- Aide Médico-Psychologique (7,9%)
- Infirmier (6,8%)
- Agent de services généraux (6,4%)
- Agent de service de soins (3,7%)…

Ce palmarès ne présente pas de différence notoire avec le national. Un seul emploi a fortement progressé en 5 ans : aide-soignant dont le poids a progressé de 2 points. La filière éducative et sociale représente 38% des emplois, la filière du soin 29% et la filière des fonctions supports 33%.

Palmarès des emplois qui ont le plus progressé en 5 ans :
- Maitresse de maison : +79% (57 emplois en plus)
- Surveillant de nuit : +66% (77)
- Mandataire judiciaire : +59% (74)
- Aide-soignant : +49% (453)

A contrario, quelques emplois sont nettement en en déclin :
- Educateur Technique Spécialisé : -34% (52 emplois en moins)
- Animateur : -21% (-53)
- Assistant familial : -19% (-32)
- Moniteur éducateur : -10% (-50)

En Franche-Comté, la Branche compte 12% de Cadres, dont 6% de Cadres encadrants (taux proches du niveau national).

Toutefois, il est à noter qu’au delà d’une apparente stabilité entre grandes familles de métiers, un certain nombre d’évolutions sont perceptibles. La Branche a renforcé en 5 ans sa dimension médico-sociale, et s’oriente vers l’accompagnement de situations de plus grande dépendance. Les emplois du soin, les métiers de la rééducation, de l’accompagnement de la vie quotidienne ont le vent en poupe. Dans toutes les familles de métiers, l’intervention se technicise. Les emplois non qualifiés, en particulier dans les fonctions supports, perdent du terrain.
 

L’encadrement se féminise

Le taux de féminisation de la Branche est stable : 73% des effectifs (pour atteindre 91% dans le champ de la Personne Agée). A noter la nette progression au niveau de l’encadrement : 52% de femmes chefs de service éducatif (46% en 2007), 39% de femmes au niveau des directions (34% en 2007).

Difficultés de recrutement concentrées sur les métiers du soin

Au niveau des difficultés de recrutement, la Branche observe un net recul (29% des établissements contre 35% en 2007), ce qui est relativement logique dans un contexte de stabilisation des effectifs. Ce chiffre est conforme au niveau national. Il cache toutefois des disparités fortes selon le secteur d’activité et le territoire géographique :
- Dans le secteur des personnes âgées, le taux atteint 64% (contre 30% en 2007). Les difficultés se concentrent sur l’emploi d’aide-soignant (61% dans le secteur des personnes âgées, 46% des établissements tous secteurs confondus), mais elles sont sensiblement moins marquées dans le tiers sud de la région (et donc principalement dans le Jura) où les taux descendent en deçà de 30%, et même de 15% sur certains bassins d’emploi ;
- Sur l’emploi d’infirmier, les difficultés de recrutement sont disparates selon les départements (37% en Haute-Saône / 11% dans le Jura) ; ces difficultés ont tendance à s’estomper depuis quelques années, voire à disparaître selon les dernières analyses effectuées depuis cette enquête ;
- Plus généralement les difficultés de recrutement s’observent sur l’ensemble des professions paramédicales (kinésithérapeute, orthophoniste, ergothérapeute…) ou médicales (psychiatre en particulier).

Objectifs de qualification atteints

L’objectif de qualification des personnels est en grande partie atteint depuis l’enquête de 2007 où 3% des personnels franc-comtois (4% au niveau national) avaient besoin d’obtenir une qualification pour l’emploi qu’ils occupent. Ce chiffre est tombé à 1% (2% au niveau national) aujourd’hui, notamment après des efforts importants de qualification des chefs de service, mandataires judiciaires, AMP, Maitresses de maison et Surveillants de nuit.

17% de 55 ans et plus

Les effectifs sont vieillissants : en 5 ans, le taux de 55 ans et plus est passé de 14% à 17% (18% à l’échelle nationale). Les taux les plus élevés s’observent dans le secteur de la Protection de l’enfance (23%) et dans le Sanitaire (20%). A contrario, les taux les plus faibles sont dans le secteur de l’aide à la famille (11%) et des Personnes âgées (13%).

Certaines professions affichent des taux préoccupants : 48% de plus de 55 ans chez les médecins psychiatres (dont 28% de plus de 60 ans), 53% chez les généralistes (dont 29% de plus de 60 ans), 31% chez les Directeurs (et 49% chez les Directeurs Généraux), 45% chez les Assistants Familiaux (dont 20% de plus de 60 ans). Aide-soignant et AMP restent les métiers les plus jeunes, avec 9% seulement de 55 ans et plus.

Tous métiers confondus, l’âge médian est aujourd’hui de 45 ans : la moitié des salariés a plus de 45 ans, et donc la moitié moins de 45 ans. La relève est assurée dans la quasi-totalité des métiers de la Branche. Mais la question se pose aujourd’hui des 2ème partie de carrières dans les métiers les plus pénibles, physiquement et mentalement.

Avec un taux de 9%, le turn over n’a pas significativement évolué en 5 ans. C’est toujours dans le secteur de la Personne âgée qu’il est le plus important (12%), mais c’est dans celui de la Personne handicapée qu’il a le plus progressé pour atteindre 10%. A contrario le taux a nettement diminué dans la Protection de l’enfance (6%) et dans le secteur des adultes en difficulté (5%).

Accidents du travail et licenciements pour inaptitude en progression

En ce qui concerne la fréquence des accidents de travail et de trajet, la progression est constante au cours des dernières années pour atteindre 6,5%. Ce ratio est particulièrement alarmant dans le secteur des Personnes âgées puisqu’il atteint 13%, soit bien supérieur au taux observé dans le Bâtiment par exemple (7%). Ces accidents ont généré en moyenne 29 jours d’absence (25 jours à l’échelle nationale), et même 49 jours dans le secteur sanitaire soit 3 fois la moyenne nationale, sans que l’on soit en mesure pour l’instant d’expliquer les causes de ce phénomène.

Conséquence sans doute de cette dégradation, les licenciements pour inaptitude ont doublé en 5 ans, passant de 2 à 4 pour mille emplois CDI en Franche-Comté. Ces chiffres ont très fortement augmenté dans les secteurs de la Personne âgée et des Adultes en difficulté où ils atteignent 9 pour mille, et même 11 pour 1000 dans le secteur Personne âgée en France.

C’est peut-être dans ces derniers éléments d’analyse qu’il faudra chercher les grands défis et enjeux du secteur en matière d’emploi et de formation pour les années à venir. Une réflexion sur les évolutions de carrière, la gestion de carrières de pus en plus longues, les phénomènes d’usure professionnelle, les accidents du travail et les inaptitudes professionnelles, est aujourd’hui indispensable pour trouver des réponses adaptées aux problématiques emploi/formation de notre Branche.