Le rôle du jury : Pour valider ses compétences par une certification, le candidat doit préparer un dossier appelé livret 2. Il est étudié par un jury constitué de personnes dont la composition relève de l’autorité certificatrice qui délivre le diplôme. Le candidat est ensuite reçu en entretien par ce jury ; selon le diplôme visé, des mises en situation professionnelles réelles ou reconstituées peuvent être organisées. Le jury valide tout ou partie des compétences acquises par le candidat ; dans ce deuxième cas, ce dernier disposera de cinq ans pour valider et obtenir la totalité du diplôme. 

La validation des acquis de l'expérience (VAE)

Un investissement conséquent mais bénéfique !
Initier une démarche de VAE suppose, pour tout salarié, de s’inscrire dans une perspective de développement personnel et professionnel, qui nécessite bien souvent un effort important et soutenu. C’est désormais l’occasion, vous qui êtes salarié en activité, d’obtenir le titre ou le diplôme correspondant à votre poste ou au poste que vous ambitionnez. 

Bénéficiaires : Tous les salariés en mesure de justifier de trois ans d'expérience en rapport avec la certification visée. Il faut noter que sont prises en compte tout aussi bien les activités salariées, non salariées que bénévoles en rapport direct avec la certification visée.

Plusieurs dispositifs pour permettre un même parcours :

Le congé pour validation des acquis de l’expérience (CVAE)

Vous pouvez solliciter un CVAE si vous êtes seul à l'origine de l'initiative ou si vous préparez un diplôme éligible par cette voie.

Bénéficiaires : Tout salarié.

Particularités : Le CVAE ne peut excéder 24 heures et se déroule pendant ou en dehors du temps de travail. L’employeur n’a à fournir que l’autorisation d’absence, si le congé doit se dérouler sur le temps de travail, il ne peut le refuser.

Attention ! Il existe un délai de franchise d’un an entre deux demandes de CVAE, faites par un salarié à un même employeur. Néanmoins, en cas de validation partielle, le salarié peut demander, sous certaines conditions, le financement du parcours de formation « post VAE » dans le cadre d’un congé individuel de formation.

Dépenses financées par Unifaf :
-Frais pédagogiques : Les frais du prestataire de l'accompagnement sont pris en charge, dans la limite des plafonds fixés par Unifaf.
-Salaire et charges du salarié en congé : La rémunération du salarié est prise en charge dans les conditions fixées pour le CIF, soit 100% du salaire s’il est inférieur à deux fois le SMIC ou 80 % s’il est supérieur à deux fois le SMIC.
Dans ce contexte il ne perçoit que 80 % de son salaire, s’il est supérieur à deux fois le SMIC, s’il est inférieur, il perçoit 100 %.
-Frais annexes (transport et hébergement) : Ils ne sont pas pris en charge.

A noter : Le financement du CVAE n’est pas automatique. Unifaf en assure le financement dans la limite des moyens disponibles.

Le cas particulier des CDD : Pour être éligibles au CIF, les salariés en CDD doivent justifier de 24 mois de travail pendant les 5 dernières années. Le CVAE doit débuter au plus tard 12 mois après le terme du contrat. Unifaf peut financer les frais pédagogiques et une rémunération basée sur le salaire moyen perçu au cours des 4 derniers mois en CDD.

 

Les dispositifs VAE dans le cadre du plan de formation

Si la demande est initiée avec votre accord par l'employeur, la VAE peut être inscrite au plan de formation. Dans ce cas, vous bénéficierez soit d'un accompagnement de droit commun de 24 heures, soit du dispositif de soutien de Branche si la qualification visée fait partie des dix diplômes concernés.

a) La VAE de droit commun : Il s’agit d’un accompagnement extérieur d’une durée maximum de 24 heures.

Dépenses financées par Unifaf : L’ensemble des frais sont pris en charge par l’employeur comme toute autre action relevant du plan de formation, et ce dans la limite des plafonds fixés par Unifaf.

b) Le dispositif de soutien de Branche à la VAE :
Pour favoriser l’accès de certains salariés à une première qualification et soutenir la promotion professionnelle, Unifaf s’appuie sur des organismes de formation labellisés par la Commission Paritaire Nationale pour l’Emploi pour déployer sur tout le territoire (Métropole et Ile de la Réunion) un dispositif de soutien à la VAE pour 10 diplômes du secteur.

Les 10 diplômes concernés :

  • Le diplôme professionnel d’Etat d’aide-soignant (DEAS)
  • Le diplôme d'Etat d'Auxiliaire de Puériculture (DEAP)
  • Le diplôme d’Etat de moniteur éducateur (DEME)
  • Le diplôme d’Etat de technicien d’intervention sociale et familiale (DETISF)
  • Le diplôme d’Etat d’éducateur de jeunes enfants (DEEJE)
  • Le diplôme d’Etat d’éducateur technique spécialisé (DEETS)
  • Le diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé (DEES)
  • Le diplôme d’Etat d’assistant de service social (DEASS)
  • Le certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale (CAFERUIS)
  • Le diplôme d’Etat de médiateur familial (DEMF)

Pour en savoir plus sur le contenu du DSB, vous pouvez télécharger la fiche ci-contre.